Magazine

Article

il y a 2 années

Michael Jordan, la construction d’une icône trentenaire

Pour les fans de basket-ball et de sport en général, cette fin de semaine revêtira à coup sûr une saveur particulière. Celui qui est unanimement considéré comme le plus grand basketteur de tous les temps sera sur la capitale ce week-end à l’occasion des 30 ans de la marque Jordan qui seront célébrés au Palais de Tokyo, qui prendra le surnom Palais 23 pour l’occasion. Trois décennies d’une collaboration avec Nike, qui forgeront la légende d’un athlète incroyable qui aura marqué plusieurs générations par son talent et continue aujourd’hui d’inspirer les jeunes générations. Focus sur celui qui a fait sa légende sur le parquet, avant d’envahir les pieds du monde entier.

 

jordan

 

Légende du basket-ball sport…

 

Chaque visite officielle de « His Airness » représente un événement en lui-même. Sa dernière venue à Paris datait de 2006 à l’occasion de l’inauguration de l’espace Air Jordan dans la boutique Nike située sur l’avenue des Champs-Elysées. Presque une décennie plus tard, Michael Jordan revient à nouveau fouler le sol parisien pour célébrer 30 ans de mariage avec la marque au swoosh. Une rencontre du troisième type qui a débuté à l’aube de sa carrière professionnelle en 1984, quand Nike (à défaut d’Adidas) voit en ce jeune basketteur un prodige mené à changer le jeu. Une prophétie qui s’avère être juste puisque le jeune joueur des Bulls sera élu All-Star et « Rookie of the year » au terme de sa première saison NBA. Remarquable par sa polyvalence et son profil hybride qui lui permet d’occuper plusieurs postes au sein d’un cinq, MJ se fait rapidement un nom sur les parquets américains grâce à son adresse, son esprit de compétition, son éthique de travail et surtout sa capacité à être « clutch », décisif dans les derniers instants des matchs. Un talent et une audace qu’il traînera pendant 15 saisons qui marqueront l’histoire par des duels et des paniers de légende, un palmarès remplie de 6 titres NBA (les fameux three-peat) ainsi que deux sacres olympiques et d’innombrables distinctions individuelles.

 

f67aa7a3b33e3b93f57e8454cc65c121

 

… Jusqu’au bout des pieds

 

Concord, Hare, Bred, Infrared, Spiz’ike… Tout un vocabulaire sneaker addict aujourd’hui devenu grand public. C’était inévitable, aujourd’hui la figure du basketball est devenue indissociable de la chaussure. Chaque sortie d’un modèle OG, témoin des exploits passés de l’athlète dans la ligue nord américaine, est une secousse sismique dans le monde de la basket mondiale. Une histoire qui a commencé très tôt aussi, quand le jeune Michael arbore la première chaussure à son nom en 1984, et se verra sanctionné par la NBA pour non-respect du règlement vestimentaire et du code couleur, très stricte à l’époque. Pour chaque match avec la Jordan I aux pieds, le Bull reçoit une amende conséquente. Une affaire qui crée un buzz autour de l a paire, en même temps que la réputation du joueur grandit. Lorsque la Jordan I devient disponible au grand public l’année suivante, c’est un succès. De cette première création suivront d’autres modèles qui changeront les codes esthétiques de la NBA en dépassant rapidement le cadre des parquets pour devenir en quelques années des produits phares du monde de la basket et un outil indispensable d’une mode prisée par la jeunesse. Parmi ces modèles incontournables, issus désormais de la marque à part entière Air Jordan, sortiront de l’esprit créatif de Tinker Hatfield (connu pour avoir imaginé la Air Max) la Jordan III et IV, ou encore la V. Le designer star de Nike sera même à l’origine de la création des deux modèles considérés par beaucoup de spécialistes comme les meilleures baskets jamais inventées : la Jordan XI Concord et la Jordan VI Infrared.

 

michael jordan nike

 

Jordan, l’icône Pop

 

MJ est un personnage à part dans la sphère du sport. Tout au long de sa carrière, l’image et l’aura que véhiculent le champion auront été utilisées pour asseoir une cause ou un but lucratif. Car tout ce que touche Jordan devient or ou presque. Par ses exploits sportifs, en ayant placé Chicago comme une franchise importante à une époque où la ligue était dominée par le duo Boston-Los Angeles, représenté par les superstars Larry Bird et Magic Johnson. Par une carrière atypique marquée par deux retraites et une court épisode dans Minor League Baseball et un retour gagnant en NBA. Aussi par la starification des sportifs qu’il aura profondément modifié pendant sa carrière, par les contrats publicitaires et le traitement médiatique qu’il aura engendré. Jamais avant lui, un athlète n’aura autant été (aussi bien) représenté en dehors de son terrain de jeu. Qu’il soit partenaire de Mars Blackmoon alias Spike Lee sur une série publicitaire, allié des personnages de cartoon dans Space Jam ou en duel avec l’autre MJ, King Of Pop, sur « Jam », toutes les apparitions de His Airness sont aujourd’hui cultes. Retraité des parquets depuis 2003 à la fin de son aventure avec les Wizards, il continue encore aujourd’hui de marquer de son empreinte la ligue par l’intermédiaire de joueurs comme Carmelo Anthony, Chris Paul, Russell Westbrook, Ray Allen ou Kawhi Leonard, tous ambassadeurs de la marque Air Jordan et par son travail en tant que dirigeant au sein de la franchise des Charlotte Hornets.

 

jordan

Ecrit par Terence Bik

Vous aimerez aussi

Mode

Nike et Pigalle sortent le grand jeu

En savoir plus
Editorial

Traitement de luxe pour nos Air Max 95

En savoir plus
sneakers

Pour les 10 ans de carrière de Kevin Durant, Nike dévoile la « KD X »

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    adolphus says:

    si le basket n’avait pas jordan je pense que on nserait toujours un sports non connu par le reste du monde