Magazine

il y a 9 mois

Lookbook: Laissez-le travailler chez Unkut

Fan inconditionnel du Kopp et de la marque Unkut, le jeune Pablo Attal ambitionne de rejoindre les rangs de l’entreprise textile. Une passion qui le conduit finalement à concevoir de lui-même 40 pièces originales, dont il se sert aujourd’hui comme « carte de visite » pour enfin frapper à la porte du Kopp avec sous le bras le site : Laissez-moi travailler chez Unkut. Il y explique :

J’ai créé une collection Unkut, à mi-chemin entre nostalgie et modernité. La collection n’est évidemment pas à vendre. Je l’ai créée dans l’unique but que l’équipe Unkut la voit, l’apprécie et m’ouvre les portes de l’entreprise. 

Je suis un fan inconditionnel de Booba, j’ai toujours voulu avoir du Unkut. Mais que ce soit en boutique ou sur le site, je n’ai jamais trouvé l’esprit des pièces qu’on peut voir dans les clips de Temps Mort ou Ouest SideC’est ce manque à consommer qui a fait germer petit à petit l’idée d’imaginer une collection Unkut. 

Cette collection est entièrement auto-produite, je l’ai réalisé avec mes propres moyens. Le processus a donc été on ne peut plus artisanale, tout est fait à la main : la sérigraphie, la couture, les retouches des jeans, les peintures.


Instagram : @laissezmoitravaillerchezunkut

 f1030026_1024

f1010032_1024

f1040003_1024

f1050034_1024-1

dieu%cc%881

af1-u%cc%88  converserose  duo-bm

pds1

squat

usine1

Ecrit par Raïda Hamadi

Former Writer - Digital Manager Frank, why did July to us ?

Vous aimerez aussi

Article

L’appropriation culturelle selon Gucci

En savoir plus
Mode

Comment NSS redéfinit les frontières du luxe et du sportswear par le football ?

En savoir plus
Mode

Comment est-ce que IKEA s’est retrouvé au centre de la mode ?

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    OASD says:

    Il a juste fait du vieux UNKUT…il va pas se faire embaucher s’il reproduit les modèles des débuts et dont la marque s’éloigne d’année en année…

    Roger Minot says:

    Toi tu suce juste des bites