Magazine

Article

il y a 2 mois

A.L.P : « C’est à nous de redonner au Val de Marne ses lettres de noblesse »

Il y a quelques semaines, nous rencontrions l’artiste A.L.P dans les studios de son label « Cercle Fermé » à Ivry sur Seine. Si le nom de l’entité vous dit quelque chose c’est sans doute dû à Bridjahting, autre membre du label et présent sur le titre « Mové Lang » du rappeur Booba. Alpha Lima Pedro, ou Alpha pour les intimes n’est clairement pas un rappeur comme les autres : timbre de voix puissant, phrasée déconcertant et sa confiance à toutes épreuves font de lui un artiste à suivre. Non pas pour sa gouaille ni pour son étrange ressemblance à Kendrick Lamar, mais plutôt parce que le type vient de Charenton-le-Pont. 94. On dit de lui qu’il est le renouveau du département en compagnie d’artistes comme Take-A-Mic ou encore Mike Lucazz. Pourtant A.L.P ne s’y trompe pas, il faudra prouver son talent aux autres à défaut d’en avoir l’intime conviction. Rencontre avec Alpha.

Photos : @samirlebabtou

 

alp-yard-4

 

ALP :  « Je suis originaire de Charenton-le-Pont dans le 94. Mon blaze, c’est un surnom qu’on me donne depuis tout petit car les gens m’appelaient Alpha. Pour diverses raisons, en tant que rappeur je ne me voyais pas mettre Alpha, donc j’ai pris les trois premières lettres : A, L et P. Le « Alpha Lima Pedro » est arrivé bien plus tard.
Je suis dans le label Cercle Fermé qui est géré par Milos, mon manager, Omega et Cherif. En ce qui concerne les artistes, il y a Flashko, Bridjahting et moi.

J’ai commencé à rapper comme la plupart des gens, c’est à dire que tout est parti d’un délire. Je kiffe la musique, je suis à fond dans le rap qu’il soit français ou américain. Ça partait d’un délire, je me suis mis à gratter puis j’ai écris un son alors que je ne savais même pas ce qu’était une mesure. Ça a enchainé en studio avec une bande de potes, j’ai fait ce que j’avais à faire et puis là tu vois que le quartier kiffe. Une fois, puis la fois suivante aussi, alors tu te dis que c’est peut-être ça ton truc. Depuis, je n’ai pas arrêté d’essayer.
Sans prétention aucune, j’ai fini par me rendre compte que j’étais doué. Au départ, je croyais que c’étaient les mecs qui rappaient avec moi qui étaient pas super fort, et puis j’ai réalisé que j’avais « le truc ».

Je ne pense pas avoir de style musical, en vrai je fais de la musique et je n’en pas de précis. Je peux chantonner ou faire d’autres trucs, je suis un rappeur sans style musical.
En 2015, Tonton Marcel m’avait interviewé et j’avais dit « moi je suis plus fort que tous les autres », deux ans plus tard et avec du recul je campe sur mes positions mais je ne le dirai pas de la même façon. Pour en revenir à cette phrase, je voulais simplement dire ça par rapport à ce qui se faisait à ce moment-là. Tu sais, à certains moments j’écoutais des trucs de rappeurs et j’avais l’impression que les auditeurs étaient un peu trop vite emballés par ce qu’ils entendaient. Moi je les trouvais pas ouf et effectivement je me trouvais meilleur qu’eux.
Bien sûr que ce n’était pas une attaque, c’était mon avis et si des rappeurs l’ont mal pris ou un peu trop personnellement…bah qu’ils le prennent pour eux.
Quand tu dis qu’il y a les artistes qui savent qu’ils sont les plus forts et ceux qui le prouvent, je suis complètement d’accord. Je pense que moi je ne l’ai pas encore prouvé.
Comment le prouver ? Là on est en pleine activité et on est assez réguliers en terme de sorties de morceaux, le projet sort très prochainement donc je pourrais prouver des choses à ce moment-là.

 


« Est-ce que j’ai trouvé la bonne formule avec « Atlanta » ? Non. Ne m’attendez pas à sortir des titres comme celui-ci même si je ne m’attendais pas aux retours que j’ai eu en sortant ce titre. »


 

alp-yard-3

 

Si je devais me démarquer des autres artistes, je ne pense pas que ça serait avec des featurings. En vrai, c’est plutôt la musique que toi tu apportes qui importe. C’est fini, ce n’est plus comme avant, même les collaborations avec les artistes U.S. Il y a plein d’exemples qui prouvent que cela ne fonctionne plus…les featurings, ce n’est plus ce que c’était.

Je ne sais pas encore dans quel spectre je me situe, nous sommes juste en train de préparer le projet et je fais la musique que j’aime. Quand la machine sera réellement lancée je pourrai en dire plus, mais là tout de suite…je ne peux pas.
Pour l’instant tout se passe bien, je ne pense pas avoir encore prouvé mon talent donc oui, je suis à ma place. Avec ce que j’ai fourni, je suis là où je devrai être.

Est-ce que je me cherche encore musicalement au vu de la différence des titres que j’ai sorti ? Est-ce que j’ai trouvé la bonne formule avec « Atlanta » ? Non. Ne m’attendez pas à sortir des titres comme celui-ci même si je ne m’attendais pas aux retours que j’ai eu en sortant ce son. Ce n’est pas sur ce type de morceaux qu’on m’entendra tous les jours. C’était un freestyle et ça c’est le truc que je kiffe faire, si vous regardez sur le net j’ai des freestyles un peu partout…mais ce n’est pas spécialement sur ça qu’il faut m’attendre, encore une fois.

 


« On verra bien ce que cela va donner, si tout va bien, une mixtape arrivera courant avril. »


 

alp-yard-5

 

Les origines du morceau « Atlanta » ? C’était en Belgique, avec le frérot Zak de Cosmos Prod. Je rentre dans le studio et j’entends l’instrumental…pétage de plombs ! C’était un bordel, franchement, il fallait entendre le truc. On voulait même pas rapper dessus, on voulait même pas froisser le truc tellement ça sonnait bien. Et puis je me suis lancé car j’avais déjà écrit un petit truc, je regratte un peu et puis on a laissé le truc tel quel. Plus tard, j’ai eu des envies de le continuer mais au final on a laissé le truc en l’état. Ça fait maintenant presque un an que j’ai enregistré le titre, on a donc décidé de faire un clip et de le sortir dans la foulée.
Ce n’était pas frustrant de sortir ce morceau malgré le temps écoulé entre sa réalisation et sa diffusion. Au contraire, c’est même pour ça qu’on va sortir un projet prochainement. On verra bien ce que cela va donner, si tout va bien, une mixtape arrivera courant avril.

Je ne sais pas comment le 94 est revenu sur le devant de la scène tout comme je ne saurai te dire à quel moment le 94 a eu moins d’impact dans le game. En tout cas, c’est un bon truc qu’il y ait plus de rappeurs d’ici qui soient présents actuellement. C’est à nous de redonner au Val de Marne ses lettres de noblesse.
On a tous plus ou moins un style différent, le mouvement « Trap » est à la mode et chacun le prend à sa manière…pour moi d’ailleurs « Trap » ça ne veut plus rien dire. Ce ne sont que des instrus, toi tu viens et tu rappes dessus comme tu veux.

Pour moi la suite c’est quoi ? Je veux juste continuer sur la lancée et pousser au maximum. Je veux montrer au public que je suis capable de faire ce que tout le monde fait et qu’il y a de la place pour tout le monde. Ne pas savoir dans quelle catégorie me mettre, c’est pas quelque chose de voulu, mais ça me va…c’est bien comme ça. »

 

alp-yard-6

 

 

 

Ecrit par Frem Ganda

Vous aimerez aussi

Portrait

Adam Naas, opiniâtre candide

En savoir plus
Article

Pourquoi le rap français enjaille les Etats-Unis ?

En savoir plus
Article

Kickeuses & Rap Game Français : chronique d’une passion contrariée

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *